Boissières (Gard) Li soupa san lun

logo du site
  • Boissières (Gard)
  • Boissières (Gard)
  • Boissières (Gard)
  • Boissières (Gard)

Accueil du site > Tourisme > Musée et bibliothèque virtuels

Musée et bibliothèque virtuels

Musée

Les aquarelles présentées dans ce musée sont reproduites avec l’aimable autorisation des éditions Alter Anagia "alteranagia@vaunage.net".

Le Griffon

Griffon

Installé au coeur du village à l’emplacement d’un ancien four à pain, le griffon, même amputé de sa vasque jet d’eau, fait l’orgueil de la communauté

C’était le lieu de rencontre à des moments bien marqués de la journée. D’abord, les femmes, pour les nécessités du ménage, puis les hommes accompagnant leurs bêtes de trait à l’abreuvoir.

Quant aux ovins, ils étaient relégués à la périphérie de l’agglomération, par manque de place et par souci d’hygiéne.

 

 

 

La Pompe de Bizac

Pompe Bizac

Cet édicule isolé qui, malgré son nom, servit à l’alimentation du village de Boissières, illustre parfaitement le problème de l’eau pour certaines communes de la Vaunage.

En effet, privée de nappe phréatique, notre plaine n’est alimentée que par de rares filons d’eau, plus ou moins pérennes. Et certains villages ont connu de grandes difficultés d’approvisionnement, jusqu’en 1938, où, un forage implanté chez nos voisins de la plaine du Vistre, amena l’eau en abondance.

En moins de cent ans, la commune de Boissières réalisa trois forages ; la pompe de Bizac fut installée en 1868 à la suite du second forage effectué. La convoitise qu’elle excita chez ses voisins fut telle que le garde champêtre dut exercer une surveillance de nuit, en périodes de sécheresse.

La Tour de l’Horloge

campanille

Le Chateau

malgré son aspect moyenâgeux, cette construction n’est mentionnée dans les archives qu’à partir de 1577......ce qui ajoute encore à sa légende, tout comme le poème en langue régionale que le docteur Marignan composa au début du XX ° siècle.

château Alor, tout emb’ un cop, sus la n’auta terrassa

Dòu Castel dount au ciel mountavon li crenèu,

E que resplendissié, pus superbe e pus bèu,

Una vouès s’ausigné :

Puple de oua raça !

Galés, Rouman, Francès, vinceires e vincu,

Grand e pichot, venès, venès touti reveire

Lou palais dis ancian, lou fougau di viel reire

E la Terra ount’ avès viscu !

Dounas de Cour d’Amour, Paladin di Crousada,

Martir de vosta Fé, Camisard, Uganaud,

Ièu vous ai rebasti lou Castel peiroulau

Intras, la porta es alandada !

Alors, tout à coup du haut de la terrasse

du château dont les créneaux se dressaient vers le ciel

Et qui rayonnait magnifique et plus beau,

Une voix se fit entendre :

peuples de toutes races !

Gaulois, Romains, Français, vainqueurs et vaincus,

Grands et petits, venez, venez tous revoir

Le Palais des anciens, le Foyer des aïeux

Et la terre où vous avez veçu !

Donnez des Cours d’Amour, Chevaliers des Croisades,

Martyrs de votre Foi, Camisards, Huguenots,

Moi, je vous reconstruit le château familial.

Entrez, la porte est grande ouverte !

Bibliothèque

La Belle Huguenote d’Anna Rey

Depuis son mariage avec le baron Gaspard de Calvière, seigneur de Saint-Cosme, Françoise de Calvière vit au château de Boissières, dans la garrigue des environs de Nîmes.

La belle Huguenote C’est le début du XVIIIe siècle, la guerre des Camisards, qui fait rage dans les Cévennes, s’est étendue au Languedoc. Pour son mari, courtisan et renégat, madame de Calvière a perdu toute affection. Par défi, par conviction, elle ouvre ses portes aux protestants révoltés réfugiés derrière les étangs salés de la Camargue. Et elle s’éprend de leur chef, Abdias Maurel, guerrier mystique et flamboyant cavalier.

Bientôt, dans tout le pays, elle est surnommée la Belle Huguenote.

Quand le baron de Calvière entreprend de conduire lui-même les dragonnades et traque sans merci ses anciens coreligionnaires, Abdias Maurel l’assassine de ses propres mains. Peu à peu, au nom du dieu jaloux de l’Ancien Testament, le chef rebelle sombre dans la folie meurtrière qui embrase la région. Et il s’éloigne de madame de Calvière.

Désespérée, la Belle quitte son château, possédée par une idée : restaurer Abdias dans sa foi et dans son amour...



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF